Archive

Posts Tagged ‘thématique’

Réflexion sur le social media

juillet 16, 2011 Laisser un commentaire

Suite à la lecture du blog debaillon, j’ai beaucoup réfléchis à cette définition de l’aspect social dans les réseaux sociaux. Et en m’appuyant sur des citations de l’article en question, j’ai développé ma réflexion à la manière d’un commentaire linéaire. Voici le fruit de cette dernière :

 Définition: Le contrat social

« En écrivant «Du contrat social» en 1762, Jean-Jacques Rousseau, après John Locke, a théorisé et popularisé le sens de «social» comme se rapportant à une société humaine en tant que structure organisé (et bénéficiant à l’individu). En ce sens, toutes nos interactions sont sociales. Le travail est social par nature, en ce qu’il implique des interactions actives à l’intérieur d’un système organisé. »

Si une société humaine est une structure organisée répondant aux intérêts des individus qui la compose, pourquoi parle-t-on de réseaux sociaux sur internet quand il s’agit des canaux de discussion des marques ou entreprises ?

En effet, dans ce sens, cette société virtuelle que l’on nomme aussi communauté, est peut-être structurée, mais elle ne répond aucunement à l’intérêt de l’individu. Elle va chercher à le manipuler, créer du désir afin de le provoquer à consommer. L’intérêt de telles communautés n’est que financier. Il ne faut pas se leurrer ! Donc compte tenu, de cet aspect et si on s’en réfère à cette définition, la terminologie de « réseaux sociaux » est erronée. N’est ce pas ?!

« Est-ce vraiment pertinent ? Le «social» est au cœur de nos organisations (…) Il s’agit de la manière dont nous gérons les compétences, la hiérarchie, les pratiques et la collaboration. Il s’agit de la manière dont nous conduisons les affaires et générons du profit. La nécessité d’affronter le changement rendu nécessaire par une économie hyper connectée, par les nouveaux besoins et attentes, tant des clients que des employés, ne peut être occultée indéfiniment, et le «social» tenu pendant longtemps à l’écart du monde du travail. »

Les nouveaux besoins, sont des besoins artificielles fabriqués de toutes pièces par les marques afin qu’elles donnent l’illusion du bénéfice au consommateur. Il ne faut pas être dupe sinon on ne parlerait pas ouvertement dans la stratégie web 2.0 de U.G.C… Il n’est pas question ici, des cinémas, mais d’un principe disant que l’Utilisateur Génère le Contenu. En gros, la réflexion collective, soit la société virtuelle aussi connue sous le nom de « communauté » travaillerait uniquement pour servir la marque. Où se trouve l’intérêt de l’individu dans cette société ? Si on parlait uniquement de communauté avec une terminologie de « réseaux communautaires » ou « média communautaire », l’intérêt de l’individu n’entrerait pas en compte vu qu’il est question d’une communauté.

Une communauté, c’est le fait de rassembler des personnes partageant un même point de vue, passions, trait de caractère

Une subtile différence qui creuse l’écart ! Tout de suite, le « social media » se démystifie et les faux experts tombent de haut avec leurs théories.

 Une nouvelle société virtuelle?

« Il est sans doute temps de considérer les «médias sociaux» (où devrions-nous dire les «canaux sociaux») sous un angle réellement «social»: un environnement disruptif dans lequel le savoir circule librement, et jette les bases d’un nouveau «contrat social» économique et politique. »

Le nouveau contrat social ? Asservir l’individu au détriment de la marque ? Ce que l’on appelle « réseaux sociaux » sont des canaux où le savoir transite, mais on ne peut bâtir une société rien qu’avec une simple volonté. En revanche une communauté, c’est différent. Au sein d’une communauté chaque individu est libre d’y trouver son intérêt et de s’en éloigner si l’envie lui prend.

Conclusion :

Le fait de créer des interactions entre individus, n’est pas recréer une société ou un lien social. C’est agir par mimétisme de la société existante afin de créer une communauté rassemblant des personnes intéressées par une même thématique.

Je pense très sincèrement que la terminologie « social » dans « réseaux et médias sociaux » est à prendre dans un sens autre que celui du contrat social de Rousseau.